L'insoutenable légèreté de l'être

3 stars (1 review)

"Qu'est-il resté des agonisants du Cambodge ? Une grande photo de la star américaine tenant dans ses bras un enfant jaune. Qu'est-il resté de Tomas ? Une inscription : Il voulait le Royaume de Dieu sur la terre. Qu'est-il resté de Beethoven ? Une homme morose à l'invraisemblable crinière qui prononce d'une voix sombre "Es muss sein!" Qu'est-il resté de Frantz ? Une inscription : Après un long égarement, le retour. Et ainsi de suite, et ainsi de suite. Avant d'être oubliés, nous serons changés. Le kitsch, c'est la station de correspondance entre l'être et l'oubli."

1 edition

Sympa

3 stars

Je sors de cette lecture en ne sachant trop que dire. Cette lecture, mais après tout c'est Kundera, est partagée entre philosophie, culture, par le biais de personnages que l'on comprend, ou non.

Milan Kundera parle d'un couple principalement, mais pas que, pour illustrer les questions que l'ont peut se poser sur l'amour, le sexe, l'amour et le sexe sont-ils liés, l'amour et le sexe peuvent-il se départager ? Il soulève aussi la question de notre rapport au corps, de notre relationnel. Il parle également de politique. Il fait un mélange un peu bizarre c'est sûr, mais qui au final arborent une grand cohérence que l'ont adopte au fur et à mesure de la lecture.

Le fil est parfois un peu dur à suivre, mais j'ai tout de même apprécier ma lecture.